Octobre 2018

AU REVOIR – QUOIQUE MERCI – TÉMOIN CLEF DES COURONNES JACQUES DORÉMIEUX!

 

 

Une copie de la lettre qui suit a été donnée au Ministre d’État non élu M. Serge TELLE.

Aujourd’hui, le 1er octobre 2018, Mme Sylvie PETIT-LECLAIR succèdera officiellement à M. DORÉMIEUX comme 6ème procureur général des affaires https://www.hellomonaco.com/news/monaco-appoints-sylvie-petit-leclair-as-the-new-procureur-general/ .

https://www.gouv.mc/Action-Gouvernementale/La-Securite/Actualites/Audience-Solennelle-de-Rentree-des-Cours-et-Tribunaux

Les erreurs des suivantes sont laissées pour des raisons tactiques.

 

Monica Fristedt
LR et par courriel

Monsieur le Procureur Général Jaques Dorémieux,
Vu les nombreux conflits d’intérêts, et en raison de la decision de rejet du Gouvernement suèdois du 17 juin 2015 de la plainte de Philippe Narmino, voir annexe 8, il vous est demandé dans l’intérêt d’ordre public international , de veiller a ce que Philippe Narmino, ne se substitue à Vous s’agissant de la réception du présent courrier.
Prière de vouloir me confirmer par courriel ou par écrit à l’adresse figurant en fin de courrier, la réception par Vous de la présente

Je soussigné, Monica Fristedt porte par la présente plainte contre
Madame le consul honoraire de Suède, Patricia HUSSON, pour fabrication et falsification de divers actes juridiques, ou de complicité et/ou coaction de fabrication et falsification d’actes juridiques, avec l’intention d’induire en erreur le gouvernement et les citoyens d’un État tiers afin qu’ils croient qu’il s’agit d’actes juridiques authentiques effectués de manière légitime.
Le 29 janvier 2013, une action en justice simulé s’est tenue à Monaco, après quoi un « jugement » (1re GROSSE) fabriqué de toutes pièces aurait été rendu le 12 fevrier 2013. Voir iles deux premier pages envoyé en Suède. Annexe 01
Ce n’est que cette année 2015 que, par le biais du gouvernement suédois, j’ai eu accès à la plainte, déposée par Patricia Husson à la police monégasque,et au document connexe, dont les altérations apportées à la lettre adressée par David Fristedt (ci-après DF) au Roi de Suède Carl XVI Gustaf, découvrant qu’il est question de falsification d’actes juridiques. Le « jugement officiel » promis par l’huissier sur la couverture n’a, pour des raisons évidentes, jamais été envoyé en Suède. Je n’ai donc jamais reçu ce » jugement » fabriqué, c’est en fait DF qui l’a fait parvenir à ma résidence à Londres

PREUVE DES FAUX EN ÈCRITURE PUBLIQUE
Il existe trois différentes traductions suédoises du contenu de la lettre au Roi de Suède Carl XVI Gustaf, dont l’original, destiné au Roi, a bien évidemment été écrit en suédois.
J’ai tous les documents scannés dans leur intégralité, mais en matière de preuves, ainsi que par souci de simplicité, montrer une seule page de chacune de ses trois traductions devrait pour l’instant suffire, bien que certain texte en français a parfois été traduit au point d’être méconnaissable.( En raison des falsifications effectuées sur intendance de Mme Husson, le texte original en suédois figure maintenant officiellement sur le site web de DF)

1. La première traduction emane du dossier PG N° 2011/001822 de Juge d’instruction. L. MALBRANCKE et a été réalisée par un traducteur suédois, Anders Jönsson, dont le cachet est apposé sur chaque page, comme il se doit. Il a correctement traduit le contenu français de la plainte de Mme Husson, à quelques exceptions près, dont le titre du Directeur des services judiciaires Philippe Narmino..(Annexe 1)
2. La deuxième traduction qui appartient à la « citation à prévenu et à parties civiles » en date du 13 décembre 2012, , n’a pas été réalisée par Anders Jönsson, mais par un traducteur inconnu qui parle à peine le suédois et peut-être à peine le français.(Annexe 2.)
Par conséquent, aucun cachet du traducteur n’y est apposé. Le mot « kungadömet » (royaume) est remplacé par « USA » et le texte a été altéré de la manière la plus horrible. L’ ex ex procureur général Jaques Raybaud se voit par exemple attribuer le titre de ministre de la Justice. Il est évident que le nouveau « traducteur » n’a pas eu accés au traductions authentique effectuées par Anders Jönsson , mais que cela a été réalisé illicitement, précisément comme l’a fait avocat Didier ESCAUT avec sa femme en 2005. (http://www.bimcam.com/theft-in-monaco-monte-carlo/c11/).
3. La troisième traduction est extraite en date du 12 février 2013, maintenant populairement appelé « jugement d’Albert » en raison du nom du prince figurant sur sa première page. Le nom du traducteur semble s’écrire Alidad Begherzadeh, résidant à Cap-Martin (son nom et son adresse apparaissent peu lisiblement au bas de la page). Aucun cachet du traducteur n’y est apposé non plus. Ici, le mot « kungadömet » (royaume) a été remplacé par « furstendömet » (principauté)..( Annexe 3)
La traduction suédoise réalisée par Anders Jönsson, dotée de son cachet sur chaque page, a en toute certitude été payée par l’État de Monaco. Les deux traductions ultérieures ont été réalisées à titre privé par les faussaires.

Recapitulatif
Le 26 juillet 2011, Patricia Husson dépose une plainte auprès de la police de Monaco à l’encontre d’un citoyen suédois, DF résidant en Suède depuis 2004. La police suédoise est contactée et confirme, comme le fait la police monégasque, que c’est le consul de Suède en personne qui « menace de poursuites ». Il faut immédiatement préciser que ce n’est que l’été dernier que, par l’intermédiaire du gouvernement suédois, j’ai eu pour la première fois accès à la plainte déposée par Patricia Husson et que j’ai pu constater que cette dernière avait choisi d’indiquer au commissaire de police L. TOURNIER l’adresse de sa résidence en bld de Suisse, ainsi que son titre de conseiller auprès du Prince Albert II. Mais lorsque le Gouvernement suédois est contacté, elle choisit d’indiquer que son titre de consul, ainsi que l’adresse du consulat. Deux variantes, deux pays.

En septembre 2011, le juge d’instruction L. Malbrancke envoie au Gouvernement suédois plusieurs courriers, portant les numéros de dossier suivants, PG N° 2011/IJ N° CAB.1/11/23 001822, portant une accusation contre moi en raison du contenu du site de DF.
Le 15 novembre 2011, Monaco reçoit un courrier du Ministère suédois de la Justice, rédigé en anglais, annonçant que « the Ministry of Justice will close the file » (le ministère de la Justice va clôturer le dossier).
Le 14 février 2012, dans une lettre officielle adressée directement à M. Malbrancke, je déclare que ces courriers comportent de graves erreurs. Cette lettre figure dans son intégralité sur le site de DF.http://www.bimcam.com/theft-in-monaco-monte-carlo/the-medals-backside/?lang=fr
S’en suivie un silence de pluseurs mois.
Le 29 novembre 2012, on retrouve pour la dernière fois le sceau de M. Malbrancke apposé sur un document envoyé au gouvernement suédois. Ce document international est intitulé « Ordonnance de non-lieu partiel et de renvoi devant le tribunal correctionnel » Dossier Ji N° CAB 1/11/23Pgno2011/001822.
Ce surprenant document, adressé au procureur général, semble davantage être un courrier interne ne comportant ni adresse, ni numéro de téléphone, etc.
En réaction à cela, le procureur général Jean-Pierre Dreno, a reçu le 17 décembre 2012, un fax dans lequel je le priais de « se déclare[r] incompétent en la matière » immédiatement. (Annexe 4)
Le 13 décembre 2012, (annexe 2) le gouvernement suédois a reçu l’ acte « citation à prévenu et à parties civiles », de la part de l’Huissier NOTARI, où il est indiqué que « Monsieur le procureur général auprès de la Cour d’appel » a décidé que l’action en justice se tiendrait le 29 janvier 2013.Claire Notari est le seul à avoir apposé son sceau sur quelques pages et à avoir signé l’acte sans aucune reference. DF qui habite en Suède est seul d’avoir reçu cet invitation » pour être interrogé et jugé comme prevenu. » Claire Notari est par definition aussi une fonctionnaire impliqué dans les faux .
Comme si cela ne suffisait pas,
Soudain le 18 décembre 2012, le Directeur des services judiciaires,Philippe NARMINO fait également envoyer pareille demande « citation à prévenu et à parties civiles » au governement suèdois. Il y figure : « Autorité requérante Direction des services judiciaires ».
L’action en justice qui s’est ensuite tenue était tellement confidentielle que, selon l’ambassade de Suède à Paris, cette dernière n’a pu saisir aucun jugement ; pas plus que moi ou mon amie qui disposait d’une procuration pour récupérer ce jugement en mon nom. Le greffier BARDY se trouvera dans une position impossible.

CRIMES ET DÉLITS CONTRE LA PAIX PUBLIQUE
Les faux en écriture publique constituent l’une des infractions les plus graves au Code pénal de Monaco. Il suffit de parcourir le Code pénal surtout articles 137 et 279 pour comprendre que le législateur considère le type d’infractions auquelles nous avons affaire comme étant très graves et que ce dernier ne doit jamais être toléré dans une société de droit, en ce qu’il compromet le concept même de confiance en la justice. C’est aussi interessant de lire les articles 90-130 du Code penal.

Patricia Husson a, d’une manière extrêmement implacable, abusé de sa position de confiance en tant que consul honoraire pour le Royaume de Suède, ainsi que de sa fonction honoraire de « Conseillère à la Couronne », auprès du S.A.S le Prince Souverain Albert II.
Patricia Husson a intentionnellement laissé fabriquer des actes juridiques, ainsi qu’altéré le contenu d’une lettre destinée au Roi de Suède, et ensuite laissé fabriquer un faux acte juridique de tribunal, à la première page duquel figure le nom du Prince Albert II, dans le but de faire croire au gouvernement suédois que le prince en personne a statué et arbitré en faveur de Patrica Husson dans l’affaire initiée par cette dernière. Annexe 01
Il ne fait absolument aucun doute que ces faux ne peuvent avoir été fabriqués à l’insu de Patricia Husson.
C’est pourquoi Patricia Husson est considérée comme hautement responsable de l’ensemble des infractions ayant été commises par plusieurs complices dans le cadre de l’affaire la concernant. L’article 137 exprime clairement et explicitement le point de vue du législateur quant à ce que risque Patricia Husson et les complices impliquées.
En 2004/2005, les mêmes complices ont été impliqués dans une affaire semblable de falsification et d’extorsion à l’encontre de DF et moi-même. L’absence d’aide de la part du consul lorsqu’un imposteur, sous un prétexte fallacieux et avec l’aide, entre autres, du couple Escaut-Marquet, a eu accès à ma résidence et à mes biens, est décrite en détail sur le site de DF.
À la fin de cette plainte je joins quelques documents prouvant également leur délit de 2004/2005, accompagnés de quelques commentaires, même si les documents parlent d’eux-mêmes.
Ce n’est que cette annéé 2015,que je suis devenu definitivement convaincu que Mme le Consul Husson est impliquée depuis 2004 . Ce sont les mêmes personnes qui falsifient les actes juridiques actuellement, comme elles l’ont fait auparavant. Seule une personne en position de pouvoir et de confiance peut commettre ce genre de délits ou crimes collectifs.
De nouveaux délits ont été commis afin de dissimuler les délits précédents et de se protéger mutuellement. Dans ce contexte, il convient de citer Transparency International : « la corruption est le fait d’abuser de sa position afin d’obtenir un avantage indu, en sa faveur ou celle de tiers ».
L’huissier Marie-Thérèse Escaut-Marquet qui était omniprésent à l’époque des faussière en 2004-2005 s’est soudain porté « parties civiles » aussi , comme son mari l’avocat Escaut, dans ce « jugement » fabriqué de toutes pièces en date du 12 février 2013. Voir extrait. (Annexe 5)
Il y a quelques années, ils ont tous les deux été signalés pour falsification et tentative d’extorsion en 2004/2005. L’enquête judiciaire n’a jamais été conclue ni peut-être même commencée.
(Annexes 6,7)

La decision du Gouvernement suèdois le 17 juin 2015
Le gouvernement suédois décline la « demande d’entraide judiciaire en matière pénale » du DSJ Philippe Narmino (ainsi que du procureur général Dreno), au motif, entre autres, qu’elle enfreint les principes fondamentaux du droit suédois, ainsi que la « loi fondamentale sur la liberté d’expression » suédoise(.Annexe 8)
Dans une société de droit le Procureur Général ne peut jamais utiliser l’en-tête (le papier à lettres) d’un Directeur de Service Judiciaires à l’instar de l’interdiction évidente pour tout procureur suédois d’écrire sur l’en-tête de son gouvernement Voir aussi l’actualité similaire : http://www.svd.se/falskt-svenskt-brev-i-rysk-tv-okand-avsandare) Annexe 9

LE LIEN ENTRE HUSSON /NARMINO ET SES PLAINTES RESPECTIVES
La plainte de Philippe Narmino en date d’août 2014 Ref :1196/14 et1197/14, ayant entraînél’« entraide judiciaire » mal pensée demandée par lui et le PG. Jean-Pierre Dreno, est explicitement lié au « jugement » 1re grosse en date de février 2013 ,fabriqué sur intendance du consul Husson. Dans la plainte les justifiable Narmino/Dreno font tout bonnement référence au « faux jugement » 2013.
Puisque Philippe Narmino fait référence à un acte juridique falsifié, il est signalé conformément à l’article 137 pour avoir intentionnellement induit en erreur le Gouvernement suédois en écrivant que le « jugement » de Madame Husson est passé en force de chose jugée, pour ainsi donner l’impression que le jugement falsifié est authentique. Philippe Narmino doit avoir eu une parfaite connaissance des falsifications, ainsi que des actions en justice simulées y étant liées, en particulier puisqu’il a, à plusieurs reprises, activement participé à l’affaire concernant Patricia Husson en nuisant au Gouvernement suédois avec divers notification, tout à fait en vain. Aussi tard que le 20 mars 2013, longtemps après que l’huissier ait envoyé les mêmes actes juridiques à DF et au Gouvernement suédois, il a demandé au Gouvernement suédois les preuves que DF avait reçu le fameux jugement falsifié.
Peut-être cette abondance de documents envoyés l’un après l’autre constituait-elle une tentative d’intimidation.
Au lieu de cela, il en a résulté que les documents falsifiés ont été portés à la connaissance du public.

« L’incompétance de Monaco est le fil rouge des le début de ces affaires »
Patricia Husson et Philippe Narmino sont tout les deux impliqué dans des différentes affaires de falsification dès 2004 et jusqu’à aujourd’hui.
Ils ont, par tous les moyens (c’est-à-dire des moyens illégaux) et à tout prix, voulu présenter Monaco comme l’autorité compétente dans ces affaires, qu’ils voulaient absolument prendre en charge afin de n’être pas eux-mêmes traduits en justice.
Il ressort des plaintes similaires de Mme Husson et de M. Narmino en date de ces dernières années qu’ils font tous les deux référence l’un à l’autre afin d’en quelque sorte justifier leur plainte respectif à l’encontre de personnes résidant dans d’autres pays, où Monaco n’est de facto pas compétent..
Ces infractions couvertes par l’article 137 du Code penal perdureront tant que les extorsions d’argent n’auront pas cessé et que le « faux jugement » de 2013 ne sera pas officiellement invalidé. Enfin, une ordonnance de 2004 doit également être invalidée puisqu’elle se base sur des renseignements erronés concernant justement l’incompétence de Monaco dans une affaire de divorce. Voilá le fil rouge qui commencé le 21 juillet 2004..(Annexe 10) Pour plus d’information : http://www.bimcam.com/theft-in-monaco-monte-carlo/dreno/
Il est très important de prouver comment les personnes impliquées dans l’affaire sont les mêmes qui manipulent la vérité depuis dix ans. Il semble que ces personnes ont systématiquement collaboré afin d’obtenir des actions en justice à Monaco, alors même que le pays n’était compétent en aucune façon.
Pour que Monaco soit compétent pour juger une affaire de divorce en 2004/2005, une fausse adresse à Monaco a été fournie dans le document envoyé à la justice suédoise.
Au même moment, l’adresse correcte à Nice de la femme, est indiquée dans un document similaire reçu par DF par courrier. Les deux variantes ont la même date, le 18 novembre 2004.À nouveau deux variantes, deux destinataires.(Annexe 6.)
Le 8 mai 2005, une action en justice en cachet s’est donc tenue à Monaco, où Philippe Narmino était juge et Didier Escaut l’avocat de la demanderesse. Afin de dissimuler l’adresse à Nice, qui rendait Monaco directement incompétent, M. Narmino a délibérément choisi de conserver l’adresse indéniablement fausse à Monaco, , dans le verdict, ne serait-ce que pour sauver la face, et celle de ses complices également. Il était obligatoire que Monaco soit considéré comme compétent, faute de quoi ils auraient tous commis des crimes graves, pour lesquelles nous avons maintenant les preuves. Le fil rouge toujours.
Ainsi, le juge Narmino a déclaré et menti que Monaco était compétent, afin que Maître Escaut ne doive pas reconnaître avoir aidé, avec sa femme l’huissier, une faussaire à améliorer son train de vie. Ensuite, les époux Escaut ont essayé de faire chanter DF et n’ont pas hésité à tromper l’Ambassade et le Gouvernement suédois.Noter que l’’huissier Escaut-Marquet utilise l’en-tête de son mari l’avocat Escaut . (Annexe 7)
L’huissier et l’avocat ne pourraient possiblement pas avoir réussi à pousser leurs tentatives de fraude aussi loin par le biais de l’Ambassade de Suède à Paris s’ils n’avaient pas bénéficié de l’aide et de la protection du nouveau (depuis 2002) consul de Suède à Monaco, Patricia Husson. (Voir annexes 11, 12, 13)
Dans le » jugement » fabriqué de toutes pièces, Didier Escaut plein d’hybris a demandé à ce qu’une « publication » soit effectuée, à mes frais, dans le quotidien Le Figaro avec mention du nom du « victim Didier Escaut ». Il est possible, que Le Figaro en soit mis au courant, or pas nécessairement de la manière voulu par lui.
Pour conclure, je demande que le « jugement » fabriqué de toutes pièces, en date du 12 février 2013, soit immédiatement déclaré nulle de plein droit , et que soit DF, soit moi-même, soyons ainsi libérés de toutes obligations financières envers les personnes impliquées . L’ordonnance du 21 juillet 2004 soit aussi finalement déclaré nulle de plein droit.
Dans tout cas où Narmino vous avancerait qu’il aurait été berné par Husson, je tiens à vous rappeler au bénéfice de Narmino l’article 279 du Code pénal.
Recevez, Monsieur le Procureur Général, mes salutations cordiales.
Londres le 16 décembre 2015
[signé sur LR]
Monica Fristedt
Karlsro1, 184 97 Ljusterö, Royaume de Suède
Courriel :2012monic@gmail.com
Annexes : 1 : Traducteur Jönsson, Extrait du dossier PG No 2011/001822 ; 2 : Traducteur inconnu, 13 décembre 2012. 1 page ; 3: Traducteur Begherzadeh 1er Grosse 12 fevrier 2013. 1 page ; 4 :Fax à PG Dreno 17 décembre 2012 . 4 pages ; 5: Extrait du 1er Grosse, 12 fevrier2013. 1 page ; 6: L’huissier E.M ,18 novembre 2004. 2 pages ; 7: L’extorsion du couple Escaut, 26 janvier 2005 ,2 pages; 8: Decision du Gouvernement suédois, 17 juni 2015,3 pages ; 9: PG Dreno signe sur l’en-tête du DSJ Narmino ; 10: L’ordonnance 21 juillet 2004, 1 page ; 11, 12, 13: Correspondance entre les Ambassades 2005, 3 pages.

Copies à :RÅ ( The Swedisish Prosecution Authority )et BIMCAM
Pages en tout :